Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

Dossier pétrole : mise à jour des données financières

Voici un an et demi, j'avais cru bon de mettre en ligne un article concernant la déplétion pétrolière (le b-a-ba pour comprendre est disponible sur cet excellent site) et les risques qu'elle induit pour l'avenir de l'humanité. Les dernières données financières commençaient à dater un peu (avril 2006) ; et je dois dire que les six derniers mois de cette année 2006 semblaient donner raison à mes détracteurs. Le cours du baril, sans doute surévalué à l'époque ($74), s'était réajusté, jusqu'à redescendre à $50 (janvier 2007). Niveau encore préoccupant, mais pas dramatique.

Pourtant, je ne m'étais pas fait l'écho de cette décrue ; non par timidité, mais parce que j'étais absolument convaincu de son caractère conjoncturel et éphémère. De fait, le cours a une nouvelle fois franchi la barre des $74 au mois d'août 2007, dans la plus totale indifférence et dans la plus grande discrétion médiatique, alors qu'en 2005, à l'époque de Katrina, le dépassement des $70 avait fait la une des quotidiens nationaux (souvenez-vous...). Le Président de la République, qui pourtant avait déclaré devant le G7 en octobre 2004 que "la question de la cherté du pétrole est devant nous", aurait pu trouver là une bonne occasion de briller, en signalant qu'il avait vu juste ; ç'eût été d'ailleurs un geste conforme à sa personnalité ; mais il a gardé sur ce dossier un silence assourdissant.

Ce silence paraît d'autant plus grave que, mardi 18 septembre, un nouveau plafond historique a été crevé, le baril cotant à $81 (et vendredi 21 septembre, on a même enregistré le cours de $84) ; or le seuil de $80 s'assimile, pour beaucoup d'analystes et d'experts, comme l'élément déclencheur d'une tourmente financière mondiale. Il faut se rappeler que ce niveau de tarifs avait, au début des années 80, provoqué en Europe une crise économique majeure de dix années. Alors quand, comme M. Sarkozy, on a fait toute sa campagne sur le thème de la croissance, condition sine qua non de la revalorisation du pouvoir d'achat, on a évidemment intérêt à se taire lorsque le baril cote à $80. Soyons lucides : le pouvoir d'achat ne sera pas revalorisé, faute de croissance ; M. Sarkozy le savait-il depuis 2004 ? Il l'avait prophétisé, en tous cas. S'est-il laissé abuser par la relative accalmie de 2006 ? L'indulgence commande de le supposer ; et cela d'autant plus que les électeurs eux-mêmes ne pouvaient prendre au sérieux les promesses de croissance : les inquiétudes au sujet du pétrole sont publiques depuis 2003, au moins.

Le fait est, cependant, que fort peu de citoyens veulent les entendre ; et de toute évidence, un Président nouvellement élu ne saurait s'exprimer sur cette question sans déchoir aussitôt de l'état de grâce ; car la crise de l'énergie à laquelle nous faisons face depuis maintenant cinq ans impliquerait, si l'on voulait s'y attaquer, des réformes prodigieusement impopulaires.

Pourquoi ? Les produits pétroliers (pétrole et gaz) représentent 49% de l'énergie consommée en France (l'électricité, seulement 41%). Le pétrole proprement dit (34% de la consommation française d'énergie) connaît deux usages principaux : comme matière première dans l'industrie pétrochimique (16% du total, production de plastiques et de cosmétiques, pour l'essentiel) et comme source d'énergie (84% du total). Plus précisément, dans cette catégorie, s'avèrent particulièrement gourmands le chauffage résidentiel et tertiaire (22%) et surtout les transports aériens, maritimes et routiers (65%). De son côté, le gaz (15% de la consommation française d'énergie) sert essentiellement à chauffer des locaux résidentiels et industriels (93%). (Chiffres de 2005. Source : Science et décision.)

Ces chiffres révèlent que les transports recourant aux dérivés pétroliers représentent 18,5% de la consommation totale d'énergie française, tandis que le chauffage résidentiel et industriel au pétrole ou au gaz atteint, lui, 20,2% de cette même consommation. Réduire la facture énergétique de la France (et de tous les pays industrialisés), et se déprendre de notre dépendance au pétrole, requiert donc prioritairement deux gestes simples : baisser la chaudière et laisser la bagnole au garage.

Peuplade de râleurs culs-gelés voiturolâtres (la ville de Paris mène campagne pour réduire la température des appartements de 20 à 19°, tout en accueillant un million et demi de visiteurs au Mondial de l'automobile en 2006), les Français ne manqueraient pas de réagir avec animosité si le gouvernement annonçait cet automne des mesures sérieuses contre la consommation de produits pétroliers. On préfère délibérer sur le paquet fiscal, suivre le rugby, et me taxer de "pessimisme".

Allez, bonne chance, les somnambules. Ça commence. C'est commencé. C'est irrémédiable.

J.

PS : Dans un éclair de lucidité (ou de naïveté touchante), Elodie Boulch écrivait hier, dans le Figaro : "
Enfin, à quelques semaines de l’hiver, le marché juge insuffisant l’approvisionnement du marché (sic) en or noir, et ce malgré la décision de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (Opep) d’augmenter sa production journalière de 500 000 barils. L’Opep pensait stopper la flambée des prix en agissant ainsi, mais c’est l’effet inverse qui s’est produit. Les marchés ont jugé trop tardive et trop faible la hausse de production." Bé oui, Elodie. 500.000 barils, ça paraît un chiffre énorme ; mais si tu avais révisé tes fiches, tu te serais avisée que le monde engloutit chaque jour 82 millions de barils. Le "coup de pouce" accordé par l'Opep ne représente que 0,6% de ce chiffre. Autant dire, peanuts. Cela dit, le fait que l'annonce d'un acroissement de l'offre, si léger soit-il, entraîne une hausse du prix (prédiction effectuée depuis 2003 par l'ASPO et révélatrice d'une crise majeure) devrait quand même faire réfléchir. Quoi  ? La loi de l'offre et de la demande ne s'appliquerait-elle pas mécaniquement ? Les fondements "scientifiques" sur lesquels s'appuient le MEDEF et le FMI ne seraient-ils qu'une idéologie de pacotille ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jérôme 30/09/2007 08:09

Entièrement d'accord avec toi, Nimbus : apprendre à se passer de pétrole implique une révision intégrale des infrastructures. Le commerce et les services de proximité, disparus en vingt ans au nom des économies d'échelles, ont de beaux jours devant eux.Je voulais ajouter la dernière ânerie du Figaro. Georges Quioc écrivait vendredi : "Alan Greenspan, l'ancien président de la Réserve fédérale américaine, vient de s'attirer l'ire de la Maison-Blanche en faisant ce terrible aveu dans ses Mémoires : « L'un des grands enjeux de la guerre d'Irak était le pétrole de la région », affirme-t-il."Si Quioc avait révisé ses fiches, il aurait découvert que Paul Wolfowitz avait déjà fait un aveu exactement similaire voici quatre ans, et ça avait pas mal défrayé la chronique à l'époque (voir par exemple : http://www.guardian.co.uk/corrections/story/0,3604,971436,00.html).

Jérôme Coudurier-Abaléa 20/10/2007 08:28

Je ne veux inquiéter personne, mais vendredi 19 octobre, aux alentours de 13h00, le baril a touché les $90. Je dis ça, je ne dis rien. Et le divorce de Nico ?

nimbus 25/09/2007 21:02

Laisser la voiture au garage.... D'accord avec toi. Sauf que c'est plus facile a dire qu'a mettre en oeuvre.j'habite une région frontaliere dite "riche" (ce qui est le cas vu le revenu moyen de ses habitants) mais dans laquelle il n'existe aucune infrastructure satisfaisante sur le plan particulier des transports en communs. Un exemple : pour aller au travail, je peux prendre le bus. Seul problème : indépendemment du fait qu'il est déja bondé en tete de ligne, j'habite loin de ladite tete de ligne et il n'existe aucun parking possible a distance "normale" . Autrement dit, pour abréger,  avec une voiture il me faut 20 minutes pour aller bosser. En bus, j'ai intéret a prévoir 45 minutes (aux heures de pointe, le reste du temps c'est un bus par 1/2 heure, voire par heure !) )Je précise aussi que le terrain dans la région n'est pas plat, ce qui suppose, en vélo, un sérieux entrainement pas a la porté de tous.Je te fais grace du toubib qui habite a 5 km, du train qui ne peut se prendre qu'a Geneve (pas d'autre gare dans la région a moins de 45 km) ou de la moindre des "commodité" (du genre distributeur bancaire) qui se trouve au minimum a 3 km (donc hors de portée pour qui n'est pas jeune et en bonne santé) .Dernier point : je me suis trouvée, il y a peu, coincée dans une ville de la France profonde (Conques, en Aveyron, pour etre plus précise) hors d'etat de marcher après une chute sévère et je te jure bien que pour en sortir, ce ne fut pas une sinécure (la gare la plus proche étant a 50 km et aucun  moyen de locomotion entre les deux, sauf une compagnie de taxis (donc des voitures) complètement débordée. Autrement dit, d'accord avec toi pour privilégier le "pedibus gambus" ou le vélo. Mais il faudrait que nos gouvernants, de quelque bord qu'ils soient, se décident enfin a simplifier la vie des usagers parce que certains coins de France, sans voiture, c'est pire que le désert où il y a, au moins, les chameaux !!!