Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

Stratégies foireuses lors de l'introduction de la dissertation

Que de copies disloquées dès leurs commencements ! Parfois, dès la première phrase (on l'appelle "l'accroche"), le correcteur sait que le candidat n'a pas vu le problème ; parfois même, toujours dès l'accroche, le lecteur (pourtant moins exigeant que le correcteur) baîlle d'ennui. Outre les annonces de plan pesantes (du type : "Nous verrons dans un premier temps que..., nous montrerons dans un deuxième temps que...", nous, que, vlan, paf), trois défauts graves vicient les introductions.

Primo, certaines accroches se perdent dans des généralités si vastes qu'on se demande bien de quoi le candidat veut parler (ici, par exemple, "L'art est très important dans la vie."). Le pire de tout, dans cette catégorie, reste les accroches du type "De tout temps, les hommes..." Une phrase quelconque commencée de la sorte est sûre d'accoucher d'une erreur : les "hommes", en effet, n'existent que depuis 17.000 ans - donc pas "de tout temps". Non seulement cette accroche est idiote, mais encore elle est si banale qu'elle mérite l'éradication.

Secundo, défaut contraire du précédent, l'introduction verse dans l'anecdotique, voire dans l'argumentation précise (neuf fois sur dix articulée par "donc"). Ce n'est pas son rôle ! Laissez les idées pour le développement : vous perdez du temps et vous gâchez des munitions. A quoi bon ?

Tertio, les introductions décousues partent souvent de généralités trop vastes et, faute de réponse paradoxale et d'enjeux, bondissent tout à trac au problème qui, fatalement, paraît saugrenu. Neuf fois sur dix, ces questions commencent par "mais" - preuve d'une rupture logique. Par exemple, ici : "L'art est très important dans la vie. Mais faut-il être cultivé pour apprécier une oeuvre d'art ?" On se demande d'où sort cette question.

Quarto, les introductions tartignolles peuvent connaître deux sous-versions. La première consiste à résoudre le sujet d'une seule phrase. Par exemple : "Il est évident que seules les personnes cultivées goûtent l'art à sa juste valeur". Dans ce cas, fin de la discussion. A quoi bon nous en écrire encore quatre pages ? La seconde sous-version consiste à laisser entendre (voire à dire en toutes lettres) que le sujet est vraiment idiot. Par exemple : "La question de savoir si l'art demande une culture peut paraître peu intéressante."
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O

Cher inconnu dont je suis tombé sur le site,

Hier, je m'apprêtais à renoncer à réviser pour mon contrôle de 4h en philosophie. Pour tout dire, je n'avais pas même commencé. Alors je suis arrivé sur un de ces sujets, qui m'a accroché. je tiens
à dire qu'il est plaisant de lire des dissertations de philosophie intéressantes et non rébarbatives. Aujourd'hui, lors du fameux devoir, j'ai eu le bonheur de m'en inspirer, et bien que la
conclusion se termine maladroitement sur l'huitre, je te remercie. Au passage, j'aurais une question: que penses-tu de l'humour dans les dissertations ? ou bien des exemple que ma professeure
qulifie de 'triviaux' car ils ne figurent pas dans les annales ? (je pense à walt disney).

Bonne chance pour le site!


Répondre
A

Tt d'abord je tenais a dire que j'ai adoré l'ironie du texte, qui m'a fait rire, et d'autre part que cela m'a bien aidé pour mon introduction qui était quelque peut "foireuse". Donc je vous
remercie pour ces conseils avisés.


Répondre
M


est ce que on doit la philosophie qu'elle nous aide a mieux vive



Répondre
Q

Ce n'est pas l'homme, mais l'Homme, il y a des regles grammaticales , respectons les.


Répondre
P
"Les hommes n'existent que depuis 17 000 ans" peut-on lire dans les "Stratégies foireuses". En voilà une nouvelle... Moi qui croyait que la définition de l'homme et de ses caractéristiques propres constituaient un problème philosophique. D'accord avec vous pour dissuader nos élèves d'utiliser les formules du genre "De tout temps...", mais dire que l'humanité n'a que 17 000 ans (quelle précision !) me paraît peu sérieux. Faites-nous au moins connaître votre critère...
Répondre