Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

La diversité des goûts -8


Conclusions

A l'issue de la lecture de Hume, plusieurs conclusions s'imposent.

1) Un discours rationnel sur l’art est possible à condition de dépasser le premier sentiment épidermique pour s’élever vers la comparaison, la connaissance en histoire de l'art, l'examen des formes abstraites. En apparence, cette approche intellectualisante paraît paradoxale : « esthétique » vient du grec αισθητικος, les sensations ; et nous insistons ici sur la raison ; seulement, attention, il faut bien comprendre.

2) Cette « raison » n’est pas à proprement parler de l’intelligence ni de la logique, mais plutôt du bon sens, de même que le « bon goût » ne se confond pas avec des sens aiguisés (on a vu qu'un néophyte prometteur n'est pas un bon juge). Autrement dit : on peut avoir un cerveau très efficace et des organes des sens parfaitement fidèles, et cependant conserver un jugement faible, voire nul. On rencontre assez souvent des gens intelligents ; mais il est bien plus rare de rencontrer de bons juges. Aucun « raisonnement » ne peut nous apprendre que la Fontaine de Duchamp est en fait une critique du musée : seul le bon sens ou ce qu'on appellerait peut-être plus exactement le « sens de l'à-propos » peut nous le révéler. Pourtant, nous pourrions être en mesure de nous interroger : les bons juges existent-ils ? Citons une dernière fois l'essai De la norme du goût :

Bien que les hommes de goût délicat soient rares, on les remarque aisément dans la société pour la solidité de leur entendement et pour la supériorité de leurs facultés sur celles du reste de l’humanité. L’ascendant qu’ils acquièrent fait prévaloir cette approbation vive avec laquelle ils accueillent toutes les productions du génie, et aident généralement celui-ci à s’imposer.
 
Les bons juges ne sont pas si difficiles à repérer : un minimum d'honnêteté intellectuelle  permet de les séparer des mauvais juges - mais bien entendu, nous devons nous attendre à ce que les mauvais juges n'en conviennent pas : puisqu'ils sont mauvais juges, ils s'estiment eux-mêmes bons juges ! Le fait est que la conception humienne véhicule un élitisme qui n’est pas du tout politiquement correct dans une époque démocratique, et d’autant plus difficile à soutenir qu’il blesse l’amour-propre de certains spectateurs un peu simples. Lorsque les bourgeois du salon, en pardessus et haut-de-forme, couronnent Cabanel et sa mièvre Naissance de Vénus (ci-contre), ils sont sincères. Lorsqu'un adolescent déclare « Ce que je ressens, c'est exactement ce que dit Laurie dans telle chanson », il est sincère. L'analyse de Hume les rabroue vertement : la sincérité ne suffit pas pour évaluer la beauté - et encore moins pour réaliser une oeuvre intéressante.

3) Devenir un bon juge, développer un goût sûr, suppose un travail important à la fois manuel (la pratique) et intellectuel (faire violence à ses préjugés). Patience, mémorisation, entraînement, formation rigoureuse, fréquentation assidue des maîtres, constituent un effort de longue haleine, aux antipodes d'un art-produit de consommation immédiate tel que nous le proposent la télévision ou la radio. Pour devenir un bon juge, le premier acte, nécessaire, urgent, primordial, consiste à éteindre le poste.

4) Revenons une dernière fois sur cette violence faite aux préjugés : il s'agit d'une authentique leçon de tolérance, bien plus solide et forte que l'indifférence du proverbe « des goûts et des couleurs il ne faut point discuter ». Si nous parvenons à la mettre en pratique, nous pourrons alors affirmer, avec Voltaire (une fois n'est pas coutume) : "je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous pussiez le dire ».

Suite du cours : travail, technique, technologie.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M


Bonjour,


 


Merci pour ce travail qui me donne bien des pistes pour mes dissertations ! 


Il y a aussi les philosophes.fr pour continuer la réflexion



Répondre
S


la reflexion de Nietzsche sur la faculté de juger dans la Seconde Considération Inactuelle est ici interessante à comparer avec celle Hume



Répondre