Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

Inconscient et responsabilité - 3


3) La conscience impuissante

Nous sommes en train de suggérer que la conscience ne se maîtrise pas elle-même. La sélection qu’elle opère s’effectue parce que quelque chose en nous refuse de voir certaines choses.

Entre plusieurs perceptions dont nous avons en même temps conscience, il nous arrive souvent d’avoir plus conscience des unes que des autres, ou d’être plus vivement averti de leur existence. Plus même la conscience de quelques-uns augmente, plus celle des autres diminue. Que quelqu’un soit dans un spectacle, où une multitude d’objets paraissent se disputer ses regards, son âme sera assaillie de quantité de perceptions, dont il est constant qu’il prend connaissance ; mais peu à peu quelques-unes lui plairont et l’intéresseront davantage : il s’y livrera donc plus volontiers. Dès-là il commencera à être moins affecté par les autres : la conscience en diminuera même insensiblement, jusqu’au point que, quand il reviendra à lui, il ne se souviendra pas d’en avoir pris connaissance.
Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines

La conscience est une puissance qui élit ce qui lui plaît et joue les autruches par rapport à ce qui lui déplaît. Elle ne retient pas toujours le plus important (tous les pickpockets le savent). Pis : la volonté ne possède aucune prise sur cette diversion de la conscience : lorsque vous révisez une leçon rébarbative, même si vous voulez, à toute force, l'apprendre (parce qu'un contrôle est prévu), eh bien, vous avez beau faire, vous continuez de rêvasser à votre petit-e copain-ine.

La conscience n’est pas comme le vestibule neutre de la pensée : elle fonctionne comme un projecteur braqué successivement sur des objets, mais pas n’importe lesquels. Notre représentation de l’univers, c’est déjà beaucoup nous et très peu l’univers. Cette sélection n’est pas elle-même consciente : la preuve, il nous a fallu tout ce raisonnement pour nous en rendre compte.

La conscience est donc soumise à un « centre de tri » qui l'oriente dans une direction ou dans l'autre ; or ces opérations de tri échappent à la fois à la conscience et à la volonté. Elles sont non-consciente - on dira en philosophie « inconscientes » ; et cette instance psychique qui effectue le tri à notre insu se nomme « l'inconscient » (pas « inconscience », attention : ce second mot désigne la suspension de la conscience, ainsi dans le coma).


Suite du cours : l'hypothèse de l'inconscient et la psychanalyse.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article