Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

Remarques préliminaires aux conseils de méthode

0. Commençons par rappeler l'essentiel de l'essentiel.



La copie de philosophie au baccalauréat constitue un exercice de réflexion.

0.1. Il s'agit d'un exercice.
Dès lors, toute copie de philosophie, même excellente, conserve un caractère en partie artificiel. Aucune grande oeuvre de philosophie n'a pris la forme d'une dissertation ou d'une explication de texte.
En tant qu'exercice, par ailleurs, elle implique des consignes à respecter. Ces consignes découlent en large part du fait même que la copie de philosophie constitue un exercice de réflexion (voir ci-dessous 0.4). Sans doute contraignantes, elles vous paraîtront peut-être pénibles à mettre en oeuvre au début ; mais elles permettent autant l'écriture de copies médiocres que d'excellents devoirs, tout comme la versification classique produisit des vers de mirliton ou Phèdre.

0.2. Il s'agit d'un exercice de réflexion.
La copie de philosophie n'est pas un contrôle de connaissances. Du fait même qu'il s'agit de philosophie, nul ne possède la solution de la question - sinon, nous ferions de la science.
(On devine dès à présent toute la frustration que porte la philosophie, puisqu'elle n'apportera probablement pas de réponse définitive à la question ; et en même temps, sa grandeur, puisqu'elle se tient à la lisière de l'inconnu.)


Nul ne possède la solution : pas plus les auteurs que votre prof ou moi. Lire des corrigés ou des méthodes n'a jamais enseigné à quiconque à rédiger une bonne copie de philo, pas plus que la mémorisation de traités d'anatomie n'a produit un seul grand chirurgien. Opérer par soi-même reste indispensable. Candidats au bac, vous devez travailler la technique de la copie de philo en... écrivant des copies de philo. Pour la maîtriser, vous n'aurez pas trop d'une année.



Puisque nul ne possède la solution, il s'ensuit que la question pose un problème.


0.3. La notion de problème.
On n'entend pas par là un simple exercice difficile dont on vous demande la solution - au sens où les mathématiques ou la physique emploient le mot "problème". En philosophie, ce terme a plutôt le sens de "dilemme", de choix très embarrassant, dont les diverses solutions se révèlent toutes peu satisfaisantes, voire carrément inacceptables. Toutes proportions gardées, le problème de philosophie place le philosophe dans la même situation qu'un résistant arrêté et torturé par la milice, à qui son bourreau déclare soudain : "Maintenant, soit tu dénonces tes amis, soit je fais subir à ton enfant ce que tu viens d'endurer."
Le problème, selon l'étymologie grecque problêma, arrête la pensée. C'est, écrit Platon, "un rempart qu'il faut franchir en combattant" (Sophiste, 261a). Les plus grands esprits affrontent ces questions depuis trois millénaires sans parvenir à les résoudre : vous n'y arriverez pas en quatre heures. Aussi nul ne vous demande de trouver la "solution" de la question posée, mais le jury exige du candidat qu'il ait déterminé le problème.
Pour faire image : on ne vous demande pas de faire sortir l'éléphant (surtout quand il se montre particulièrement rétif et agressif) du magasin de porcelaines (d'autant que la porte n'est peut-être pas assez large pour lui) ; mais on exige que vous ayez vu l'éléphant, sans quoi vous êtes vraiment myopes. Quant aux porcelaines, me direz-vous, que représentent-elles dans cette allégorie ? Eh bien, chers amis, ces porcelaines sont nos préjugés, nos croyances, nos valeurs, nos petites certitudes confortables.
Face à la question de philosophie, toutes nos conceptions, toutes nos raisons de vivre, risquent de s'écrouler. Chaque fois. Le danger est réel. Le danger est extrême. Seul un sot y resterait insensible. Pourquoi se poser des questions si difficiles ? Voyez ici.


0.4. Les consignes implicites découlant de la notion de problème.
Remarquons d'abord que le sujet de philosophie ne comporte pas, comme les sujets de français que vous avez pu traiter pendant les épreuves anticipées, de consigne explicite. Vous n'avez que la question, ou le texte : les consignes sont donc implicites. Elles découlent de la notion de problème.

Primo, vous devez présenter le problème - l'introduire - exactement de la même manière qu'on présente une personne à une autre. Pour introduire le problème, vous devez :
- montrer sa réalité (ce n'est ni un jeu de mots ni une attrape : nous avons quelque chose à y perdre) ;
- montrer son urgence (tout le monde a quelque chose à y perdre et par ailleurs le problème se pose même dans des situations courantes).

Secundo, vous devez développer le problème. Dans le cas de l'explication de texte, comment l'auteur résout-il la question ? Quels arguments fait-il valoir ? En quoi sont-ils convaincants ? Le plus simple pour y parvenir consiste à déterminer le plan du texte (sauf cas exceptionnel, l'extrait se divise en trois parties), puis de l'examiner morceau par morceau.
Dans le cas de la dissertation, approfondir le problème consiste à justifier solidement deux manière antagonistes de répondre à la question (on les appelle habituellement "thèse" et "antithèse"). Ces justifications existent nécessairement sans quoi nous n'affronterions pas de problème.

Tertio, sachez que, sauf cas exceptionnel, la dissertation exige une troisième partie ("synthèse"). Certaines méthodes tolèrent, voire promeuvent, le plan en deux parties, mais je le déconseille vivement : il n'est pas naturel à la pensée de s'arrêter entre le pour et le contre, entre la piscine et le cinéma. Il faut choisir ! ou, à tout le moins, il faut expliquer pourquoi on ne peut (ou ne veut) pas choisir. Du reste, la synthèse permet d'accomplir un parcours philosophique authentique et personnel. Elèves désireux de vous exprimer, ne renoncez pas à la synthèse : elle est faite pour vous !

Quarto, à l'issue  de ce parcours, il convient d'en tirer les principaux enseignements dans une conclusion.

Aussi la structure de la copie de philosophie (introduction, développement en trois parties, conclusion) découle-t-elle intégralement de la notion de problème. Par voie de conséquence, si vous parvenez à déterminer le problème, rédiger la copie s'avérera très facile ; tandis que, si vous tentez de "remplir" la structure "thèse-antithèse-synthèse" sans avoir cerné le problème, vous parviendrez à un "remplissage", justement, qui peinera à dépasser 10/20.


Autrement dit : déterminer le problème doit constituer pour vous la priorité des priorités.


Maintenant, entrons dans le vif du sujet :


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article