Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Le Labyrinthe - souffle des temps.. Tamisier..

Souffle et épée des temps ; archange ; prophéte : samouraï en empereur : récit en genre et en nombre de soldats divin face à face avec leur histoire gagnant des points de vie ou visite dans des lieux saint par et avec l'art ... soit l'emblème nouvau de jésuraléme.

Liberté 2


I. Tentative de définition de la liberté


1) Les contraires de la liberté

Il semble plus facile de saisir les limitations de la liberté, que la notion de liberté elle-même. Trois images en particulier viennent à l'esprit :

aam.png- L'esclave et le prisonnier ne possèdent pas la liberté de mouvement. Ils sont soumis aux ordres et aux entraves (le citoyen soumis aux lois connaît également des restrictions importantes de sa liberté : c'est en tous cas l'opinion des anarchistes). (Ci-contre, esclaves à Madagascar au XIXè siècle, image (c) Etre(S) en Alerte.)
- Les corps inertes (pierres, vêtements, meubles...) sont soumis aux lois de l'univers et au principe d'inertie (la "chute libre" n'est libre qu'en apparence : elle signifie seulement que la pierre ne rencontre pas de résistance).
- Les individus qui dépendent d'autrui pour leurs besoins vitaux ne possèdent pas l'autonomie et ne sont donc pas libres (ainsi selon Aristote les malades mentaux et certains handicapés sont des "esclaves par nature" ; mais aussi les enfants).


2) Définition positive de la liberté

Ces contraires dégagés, il devient possible de définir la liberté comme la faculté pour un sujet d'agir de manière délibérée (maîtrisée, voulue, décidée) et de manière autonomie (sans en référer à une autorité).


3) La liberté existe-t-elle ?

La liberté ainsi définie s'appuie de manière centrale sur la maîtrise de ses propres actes par le sujet. Cette maîtrise s'opère par la volonté, la prévision, l'anticipation, l'imaginaire, le rêve : il s'agit de processus mentaux. Le coeur de la liberté semble se trouver dans notre esprit, et se réduirait à notre liberté de penser.

D'où le problème : comment savons-nous que notre pensée est libre ?

La réponse de Descartes consiste à affirmer que la pensée est libre par nature. Les corps matériels soumis à la loi des chocs sont pris dans une trame causale dont ils ne peuvent sortir. l'esprit immatériel échappe par définition à cette même trame causale. Il est donc dans la nature de l'esprit d'être libre, et c'est même à cela qu'on le reconnaît. Les animaux, privés d'esprit, sont réduits à de purs mécanismes.

Problème pour la prochaine séance : peut-on accepter la théorie des animaux-machines ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article